Gérer l’enherbement du verger grâce aux lapins

Porté par Davi Savietto, zootechnicien à l’Inrae de Toulouse, et Stéphanie Drusch, agronome à l’Inrae de Gotheron, le projet exploratoire Lapoesie (le lapin, le pommier et les bénéfices écosystémiques interspécifiques) a pour ambition de démontrer la faisabilité et la plus-value de l’association arboriculture/élevage en introduisant des lapins dans les vergers de pommiers, en agriculture biologique.

Les lapins ont consommé en moyenne et quotidiennement 43 g de matières sèches.

© Davi Savietto

Le lapin ne serait-il pas un ravageur dans les vergers ? Même si l’écopâturage se développe, même en arboriculture, les lapins, pourtant herbivores, ne sont pas les premiers animaux envisagés dans un verger. Le lapin est un animal de petite taille, qui n’atteint pas les branches et les fruits de l’arbre et il ne tasse pas le sol.

C’est tout le défi du projet Lapoesie : démontrer qu’introduire ce petit mammifère, considéré comme un ravageur, de façon contrôlée dans un verger de pommiers peut apporter des bénéfices non négligeables aux arbres et aux animaux.

Des prototypes pour raffiner l'association

Lapoesie est un projet transdisciplinaire, financé par l’Inrae (méta-programme Metabio) à hauteur de 50.000 €, qui s’est déroulé sur deux ans (2020/2022). Son objectif est d’observer l’association arboriculture et élevage de lapins en verger de pommiers, en agriculture biologique.

Côté verger, les ingénieurs ont évalué tous les bénéfices…

La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés