Spécial Tour de France • Des abeilles sauvages pour améliorer la pollinisation du cassis

Au kilomètre 91 de cette 6e étape, les coureurs du Tour de France entreront dans le village de Merceuil, berceau de la filière du cassis. Florent Baillard y cultive 60 hectares. Cet agriculteur est également président de Socofruits Bourgogne : une coopérative agricole qui expérimente l’implantation d’hôtels à osmies rousses, espèce d’abeille sauvage, pour augmenter le taux de pollinisation des cassis.

>>> Étape 6 – 4 juillet 2024. Mâcon -> Dijon. 163,5 km.

 

L’osmie rousse, Osmia bicornis, reste dans un rayon de 80 m autour de son lieu d’éclosion.

© Monika/Adobe stock

Dans le village bourguignon de Merceuil en Côte-d’Or, ce n’est pas la vigne qui domine le paysage, mais le cassis, autre production phare régionale.

La coopérative de producteurs de cassis Socofruits Bourgogne rassemble 38 exploitants répartis essentiellement en Côte-d’Or et Saône-et-Loire. Elle produit en moyenne 1.500 tonnes de fruits par an à destination de la liquoristerie (50 %) ou d’autres fabrications comme les coulis et purées de fruits.

Elle s’est également diversifiée sur les bourgeons à destination de la parfumerie et plus récemment dans les feuilles de cassis pour l’herboristerie. « Nous testons cette production de feuilles depuis 5 ans et nous avons développé une mécanisation spécifique pour la récolte des feuilles, utilisée depuis 2 ans », précise Florent Baillard, président de Socofruits Bourgogne et exploitant sur 60 ha de cassis à Merceuil.

Restaurer les populations de pollinisateurs sauvages dans les vergers

Pour la production de fruits, l’étape…

La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés