RH & emploi • L'alternance, un vivier apprécié

Article réservé aux abonnés

Happy female customer buying orange flowers from a gardener in a

Le décret n°2024-392 du 27 avril 2024 supprime la prime de 6.000 euros maximum pour toute embauche en contrat de professionnalisation à partir du 1er mai. Cette aide demeure en place pour les apprentis en formation initiale.

Crédit photo Unai/Adobe Stock
Aux yeux des employeurs en général, et du secteur agricole, coopératives et négoces en particulier, l'alternance permet d’accueillir des jeunes qui pourraient ensuite être embauchés. Dans un contexte de pénurie de candidats, elle est donc perçue comme l’une des solutions. Or, le Gouvernement français, dans le but de faire des économies, a supprimé l'aide de 6.000 euros pour le recrutement d'alternants en contrat de professionnalisation depuis le 1er mai dernier.
L’information a fait prestement réagir les employeurs : le décret n°2024-392 du 27 avril 2024 supprime la prime de 6.000 euros maximum pour toute embauche en contrat de professionnalisation à partir du 1er mai. Cette aide demeure en place pour les apprentis en formation initiale.

Certes, il s’agit pour l’État de faire des économies face au déficit qui plombe les comptes publics, mais les employeurs, en cette période de tension sur de nombreux métiers, y voient un mauvais calcul. …
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Enjeux

Coopératives et Négoces

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15