Comment casser les codes en respectant la tradition dans le marketing de son vin ?

Philippe Metifet, vigneron du domaine Haut Montlong, montre le travail effectué au domaine. Dans cette vidéo, il plante des culottes pour tester ses sols. Un contenu frais, dynamique et avec de l’humour.

Partager son quotidien dans son travail avec passion sur les réseaux sociaux ou ailleurs, et casser les codes tout en respectant la tradition : une stratégie gagnante pour le domaine Haut-Monlong, près de Bergerac.« Un véritable coup de boost ! L’an dernier, ma sœur, avec qui je travaillais au domaine, a décidé de changer de vie. Avec mon mari, Philippe, nous avons alors rebondi et initié une révision complète de notre communication », annonce Laurence Metifet, vigneronne au domaine de Haut Montlong, vers Bergerac (24). Naît alors l’envie de casser les codes, tout en respectant la tradition, et les valeurs de cette quatrième génération de vignerons : passion – travail – partage.Plusieurs chantiers voient ainsi le jour pour accompagner la conversion en bio. D’abord, un coup de jeune sur le packaging des bouteilles, jugées « vieillottes », dont les premières ventes sont prévues pour 2020. Ensuite, la création d’un coffret avec des échantillons « vinottes ». Puis, un projet de groupement foncier viticole, mené avec Bacchus Conseil1, avec vente de parts à des ambassadeurs. Cela devrait permettre d’attirer un nouveau type de clientèle et d’autres fonds pour continuer à investir en…

La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés