Comment accueillir la huppe fasciée dans ses vignes?

allexxandarx/ADOBE STOCK

Ce mois-ci nous vous proposons le portrait de la huppe fasciée, un oiseau rencontré fréquemment dans les vignes. En partenariat avec la LPO Bourgogne-Franche-Comté.

 

Comment la reconnaître

La huppe fasciée (Upupa epops) est sans doute l’espèce la plus aisée à identifier. Difficile en effet de ne pas remarquer cet oiseau à l’allure exotique avec son plumage roux orangé, les ailes et la queue noires barrées de blanc et surtout sa huppe érectile et son très long bec (6 cm de long !).

Où l’observer dans les vignes

Au sol, sur les fils téléphoniques, sur les piquets, en haut des arbres.

Son chant

La huppe possède un chant typique, très facile à reconnaître : une série de trois houp-houp-houp d’affilée assez puissants, répétés pendant de longues minutes. Le chant peut être entendu au printemps.

Comment la favoriser

► Pose de nichoir : possible

La huppe niche dans des cavités : elle peut trouver dans la nature des trous dans les arbres (comme un ancien nid de pic par exemple) ou dans les murets en pierres sèches. Il est possible de pallier l’absence de sites de nidification « naturels » favorables en installant des nichoirs, ou en aménageant une cavité dans un muret, lors d’une restauration par exemple (cavité d’environ 40 cm de profondeur x 20 cm de largeur x 15 à 20 cm de hauteur).

Type de nichoir

Trou d’envol de diamètre de 5 à 6 cm. Ils se posent le long d’un muret ou d’un arbre. Mettre de la sciure ou des copeaux de bois au fond. À noter que le nichoir doit être nettoyé chaque année. Les nichoirs peuvent être placés assez proches du sol (à 1 m, voire à 50 cm), car les jeunes huppes sont en effet capables de se défendre contre d’éventuels prédateurs en émettant une sécrétion malodorante.

Autres aménagements

Les adultes – comme les jeunes – sont insectivores et se nourrissent essentiellement au sol. La huppe fasciée apprécie la présence de zones de sol meuble qu’elle peut fouir de son bec à la recherche de larves d’insectes, de vers de terre ou de limaces. Tournières en herbe, interrang avec travail du sol, enherbement permanent ou couverts un peu clairsemés lui conviennent donc. C’est un oiseau de milieu semi-ouvert, la présence de haies et d’arbres isolés est un plus pour l’attirer.

Rôle d’auxiliaires/alimentation

La huppe fasciée met à son menu de nombreux insectes (courtillières, grillons) et larves d’insectes (vers blancs de coléoptères, larves de tipules, etc.) présents dans le sol, ainsi que de vers de terre occasionnellement. Elle peut également se nourrir des insectes présents à la surface du sol, notamment les chenilles.

Période de présence dans les vignes

De mars à septembre. Elle passe l’hiver en Afrique.

Fréquence

Espèce commune (sa population est stable, voire en légère augmentation en France), sur toute la France, mais assez exigeante en matière d’habitats. Indice de bonne santé écologique.

Reproduction

Une seule nichée par an de 5 à 7 jeunes.

Anecdote : vol papillonnant.

Pour aller plus loin/sources : oiseaux.net, site des terres et des ailes de la LPO, guide des oiseaux d’Europe, ASPO/BirdLife Suisse.