Le tressage de la vigne : une alternative au rognage

Article réservé aux abonnés

Thibault Legrand a effectué début juillet une démonstration de tressage sur une parcelle de pinot meunier. Photos : Bio Grand Est
Plutôt que de rogner, de plus en plus de viticulteurs s’intéressent à la technique du tressage. Cette opération manuelle permet de moins stresser la vigne et de s’affranchir des étapes ultérieures de rognage et d’effeuillage. Retour d’expérience en Champagne.Bio Grand Est organisait en juillet dernier une démonstration de la technique du tressage à Œuilly, dans la Marne, sur une parcelle de pinot meunier de Thibault Legrand.Ce viticulteur (Champagne Legrand-Latour) pratique le tressage depuis quatre ans sur l’ensemble des vignes de son domaine, comportant 3,5 ha, et ce, quel que soit le cépage. L’objectif affiché est d’éviter à la vigne les blessures et le stress du rognage, pour la laisser se concentrer sur la production de raisin et la lutte contre les stress biotiques comme abiotiques.Comment s’effectue le tressage ? Thibault Legrand tresse début juillet, quand les brins de vigne sont suffisamment longs pour réaliser le tressage. Le tressage ne se fait pas cep par cep, mais il mélange différents pieds de vigne, pour former comme des « anses de panier » au-dessus des fils. Cette opération manuelle nécessite de la main-d’œuvre. Le…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Viticulture

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15