Agrivoltaïsme : BayWa r.e. et Valorem observent une meilleure pousse de l’herbe sous les panneaux

Comment se comporte la pousse de l’herbe sous des installations agrivoltaïques ? Voilà un sujet exploré par BayWa r.e., Valorem et l'Inrae depuis 2021 dans le cadre de deux programmes de recherche. Les premiers résultats semblent indiquer un gain de rendement et une amélioration de la qualité des fourrages sous les panneaux.

Agrivoltaïsme prairie

BayWa r.e. et Valorem ont présenté Solar et Latou, deux projets de recherche menés au sein de leurs parcs solaires.

© Thumbnail

« Depuis 2020, des capteurs météorologiques sont installés sous panneaux. La pousse de l’herbe est également mesurée et analysée par deux ingénieures agronomes de l'Inrae », ont expliqué BayWa r.e. et Valorem, deux entreprises du secteur des énergies renouvelables, lors d'AgriVoltaic, une conférence organisée à Denver, aux États-Unis, le 11 juin 2024.

À cette occasion, les deux entreprises ont présenté Solar et Latou, deux projets de recherche menés au sein de leurs parcs solaires. Objectif : étudier la production d’herbe sous les installations agrivoltaïques.

Qualité de fourrage améliorée sous panneaux

Le projet Solar mené par BayWa r.e. a été réalisé sous climat méditerranéen et continental en période estival. Sous panneaux, les premiers résultats obtenus en 2023 montrent :

  • une baisse de 3 à 4°C de température du sol ;
  • une augmentation potentielle de 11 % d’humidité au niveau du sol ;
  • une amélioration de la qualité du fourrage, c’est-à-dire une plus grande proportion en azote et en minéraux ainsi qu’une meilleure digestibilité.

Le projet Latou conduit par Valorem s’est déroulé en Dordorgne. Il cherche à identifier l’effet de l’ombrage des panneaux sur 3 zones distinctes : sous les panneaux, en interrang et en zone intermédiaire. Les premiers résultats indiquent :

  • une hausse moyenne de 30 % de production de matière sèche en zone ombragée sur l’année ;
  • la création d’un microclimat propice à la production de biomasse, notamment pendant les mois les plus chauds ;
  • une meilleure qualité du fourrage issu des zones les plus ombragées.

Les projets Solar et Latou se poursuivent en 2024

« Il est intéressant de noter que dès le premier cycle, nous avons observé que l’effet protecteur des panneaux s’applique quel que soit le climat d’implantation et alors même que le niveau d’ensoleillement est différent », indique Amélie Stepec, ingénieure de recherche en agriphotovoltaïsme à l'Inrae.

La phase de tests se poursuit actuellement sur les deux parcs.