Collecte laitière : tendances contrastées pour les laits bio, AOP et standard

Sévère recul de la collecte de lait bio et de lait AOP, hausse timide de la collecte de lait standard : la production laitière enregistre des tendances opposées en ce début 2024.

vaches en troupeau

Malgré une mise à l’herbe parfois chaotique en raison des pluies, la collecte de mars 2024 enregistre une hausse significative de 0,8 %.

Crédit photo Joolyann - stock.adobe.com

Le fort repli de la collecte laitière observée en 2023 semble s’être enrayé. Pourtant, la reprise demeure fragile. En effet, sur les deux premiers mois de l’année 2024, la hausse reste modérée, selon l’Idele. C’est-à-dire qu’elle progresse de seulement 0,1 % par rapport à 2023.

« Ramenée en MSU, la collecte a augmenté de 0,4 % par rapport à 2023 grâce à l’amélioration des taux, » précise tout de même l’Institut de l’élevage dans son dernier Tendances lait viande d’avril 2024.

La dynamique de collecte reste assez inégale sur le territoire. Elle progresse de :

  • 3,7 % par rapport à 2023 dans la région Grand Est
  • 1,6 % en Pays de la Loire
  • 0,3 % en Bretagne et dans les Hauts-de-France.

Collecte de lait bio et AOP en net recul

La collecte des laits labellisés s’enlise fortement sur les deux premiers mois de l’année, soit une baisse d’environ 5 % par rapport 2023 en lait bio et en lait AOP.

Autre tendance à déplorer, une baisse des taux de matière grasse durant le mois de février 2024 a été observée. Les taux de matière protéique, eux, continuent leur progression.

Malgré une mise à l’herbe parfois chaotique en raison des pluies, la collecte de mars 2024 enregistre une hausse significative de 0,8 %. C’est en tout cas ce qu’estime FranceAgriMer.

Le prix du lait standard se maintient à 450 €/1.000 l

Le prix du lait standard reste stable : « En février 2024, le prix du lait standard toutes qualités en France a atteint 453 €/1.000 l. Ce prix est inférieur de 27 € à celui de février 2023, soit 5,7 % de moins. Ces niveaux de prix devraient se maintenir dans les mois à venir », assure l’Idele.

Prix du lait standard

Crédit photo : Idele

Des charges stables d’un mois sur l’autre

Si le prix du lait reste stable, les charges d’élevage, elles, tendent à diminuer. D’après l’Ipampa lait de vache, les charges de février reculent de 5 % par rapport à 2023.

La marge Milc évaluée à 148 €/1.000 l diminue de 2,5 % entre janvier et février 2024. Cette baisse pourrait s’expliquer par la hausse des cotations des animaux et le léger recul du produit lait.

Cheptel laitier : un recul modéré

Le recul du cheptel de bovins laitiers en France se poursuit. Cependant, il semble moins marqué en ce début d’année 2024 : « En effet, il s’est replié de 1,6% en mars 2024 par rapport à 2023 et a atteint 3,34 millions de têtes », estime l’Idele en avril 2024.