Iran/Arabie Saoudite: je te tiens, tu me tiens...

En ce début de mois d'avril, le pétrole perd encore du terrain et ne semble pas vouloir se maintenir autour des 40$. Cette baisse est justifiée notamment par l'Arabie Saoudite, qui annonce ne pas vouloir geler sa production si de son côté l'Iran ne le fait pas. A une dizaine de jours de la réunion des pays producteurs de pétrole à Doha, peu d'élémènent pour imaginer un changement de cap.