Semences fourragères : la luzerne, alternative toujours pertinente pour Cérience

Cérience mise sur la luzerne pour la transition agroécologique avec Alfamax et Linsey, des mélanges résistants et nutritifs adaptés à la fauche et exigeant un sol sain et un pH supérieur à 6,5.

Cérience a présenté une nouvelle variété, la luerne Linsey.

Crédit photo Cérience

Plutôt que la fétuque ou le ray-grass, la luzerne reste encore une espèce privilégiée par Cérience qui y voit un outil idéal dans le cadre de la transition agroécologique. « Elle est au cœur de la stratégie commerciale chez Cérience, car pour nous, c’est une plante qui coche toutes les cases, explique Simon Juchault, chef marché luzerne et fourragères Cérience. Elle est un outil efficace pour améliorer l’autonomie alimentaire des éleveurs, la fertilisation et la structuration des sols. »

Miser sur la complémentarité

Le semencier met en avant cette saison le mélange Alfamax, une composition de 4 types de luzernes (Occitane, Felicia, Luzelle et Milky Max), conçue pour répondre aux besoins des éleveurs sur une large période.

>>> À lire aussi :  LG Rapidor trèfles, un potentiel à confirmer pour 2024

« Certaines vont lever rapidement pour permettre une fauche précoce quand d’autres prendront le relais pour assurer une productivité suffisante sur une deuxième coupe », déclare Simon Juchault. Cérience juge ce mélange performant grâce à la complémentarité des 4 luzernes associées en matière d’équilibre nutritionnel et promet aussi une résistance accrue d’Alfamax aux maladies.

Linsey, la nouveauté 2024

Linsey est issue du principal programme de sélection de Cérience et est commercialisée depuis peu. Il s’agit d’une luzerne de type Nord, qui présenterait, là encore, une forte résistance aux maladies, en particulier à l’anthracnose et aux nématodes. Elle offrirait aussi une pérennité supérieure à 4 ans ainsi qu’une teneur élevée en protéines, autour de 20,3 % d’après Cérience.

La fauche plutôt que la pâture

Le semencier précise bien sûr qu’il s’agit d’un produit adapté à la fauche plutôt qu’à la pâture. Pour les éleveurs intéressés, les prérequis à retenir pour une implantation réussie sont un pH supérieur à 6,5 sur un sol sain.

Côté fertilisation, le groupe rappelle aussi que la luzerne est une culture fort exigeante en phosphore. Afin d’aider les professionnels, Cérience propose toujours son OAD MyLuzerne, une application gratuite qui permet notamment aux agriculteurs de tester la compatibilité de leur sol avec cette culture.

>>> À lire aussi : Barenbrug propose un mélange innovant à base de Luzerne