Ludovic Lentz, Bas-Rhin: une installation hors des cadres

Ludovic Lentz s’est installé le 24 octobre 2023 à Kolbsheim au sein de la SCEA La Tour d’Eau, spécialisée dans l’élevage laitier. Une installation hors cadre familial qui a été rendue possible par l’organisation en société et la clairvoyance des associés.

Ludovic Lentz et Marc Freyss

« C’est très important de prendre le temps et de se faire accompagner », partage Marc Freyss. Les deux hommes apprécient leur association qui leur permet de se dégager du temps pour leurs vies de familles, de se former ou encore de s’engager pour la profession : Marc Freyss est administrateur à Alsace Lait et Ludovic Lentz a rejoint les Jeunes Agriculteurs du Bas-Rhin.

© Bérengère de Butler

Ludovic Lentz a suivi un parcours dans l’enseignement agricole (Bac pro CGEA, BTS Acse) à dominante élevage, émaillé de nombreux stages dans des exploitations ou dans des entreprises para-agricoles (vétérinaire, parage, insémination…).

Avant de s’installer au sein de la SCEA La Tour d’Eau, il y a été stagiaire, puis salarié pendant quatre ans. Autant dire qu’il connaît bien le fonctionnement de la société née en 2009 de la volonté de deux agriculteurs, Marc Freyss et Rémy Bernhardt, de mettre en commun les moyens de production en élevage et d’améliorer leur qualité de vie tout en se réservant la possibilité de se séparer si nécessaire.

Un trio devenu duo

« À ce moment-là, j’avais 45 ans. La perspective de tout mettre en commun dans un Gaec nous a paru compliquée. Cet entre-deux, où chacun conserve sa structure céréalière, nous convenait », rapporte Marc Freyss.

Le fait de scinder les deux activités impose de réaliser plusieurs comptabilités : « Cela permet d’identifier où le bât blesse », apprécie l’éleveur, qui constate que la SCEA, qui repose uniquement sur la production de lait, permet de dégager du revenu.

>>> À lire aussi : Aurélie Quirin, Bas-Rhin : elle troque les vaches contre les brebis laitières

Le projet initial, qui consistait à installer Ludovic Lentz avec les deux associés, a dû être repensé lorsque Rémy Bernhardt a préféré quitter la société pour des raisons de santé.

Les agriculteurs ont pris le temps de faire évaluer le bien par des conseillers de gestion et des banquiers afin d’arriver à une estimation qui soit juste pour toutes les parties prenantes – celui qui reste, celui qui part et celui qui arrive – et que Ludovic Lentz soit en mesure de reprendre des parts. À ce jour, il en détient 37,5 % et Marc Freyss 62,5 %.

Une installation sans foncier

À l’heure actuelle, la SCEA La Tour d’Eau, c’est une étable, construite sur un terrain de 40 ares, un troupeau de 135 prim’holstein, dont 73 vaches laitières qui produisent 760.000 l de lait, en valorisant une alimentation constituée d’herbe, de maïs ensilage et de pulpes de betteraves.

La SCEA ne détenant pas le moindre hectare, toute l’alimentation est achetée. Comme Ludovic Lentz ne dispose pas de foncier, c’est l’exploitation de Marc Freyss qui alimente la SCEA. « C’est un point qui a fait peur, lors de mon parcours à l’installation », partage Ludovic Lentz, qui balaie ce frein : « Je n'aurai pas de mal à acheter de l’aliment ailleurs s’il le faut. »

Au final, les acteurs de l’installation ont suivi le projet de Ludovic Lentz et Marc Freyss. Et les deux hommes sont fiers que leur projet « ouvre une porte » pour les futurs installés.

Des projets pour l'avenir

Le futur des deux associés est d’ores et déjà en réflexion. À 58 ans, Marc Freyss pense à sa retraite, et donc à l’avenir de son associé : « Il faudra soit trouver un nouvel associé, soit en faire moins. »

Ils envisagent donc d’investir dans un robot d’alimentation. Mais avant cela, ils vont construire un bâtiment de stockage qui sera couvert de panneaux photovoltaïques et améliorer l’autonomie protéique du troupeau en introduisant du soja produit localement dans la ration.