Été 2023 : baisse de l’export vers l’Italie et l’Espagne

Pour le mois de juin, l’export de broutard mâles et femelles vers l’Italie aurait baissé de 12 % par rapport à l’an dernier d’après les douanes françaises. Photo : Kay A/peopleimages.com/Adobe stock
Les exports de viande bovine française vers le sud de l’Europe ont baissé sur la saison estivale par rapport à 2022. En effet, toutes deux frappés par la canicule, l’Italie et l’Espagne ont moins consommé et importé de viande française.

De janvier à fin août, près de 610 000 broutards ont été expédiés à l’étranger d’après le dernier « Tendances Lait et Viande » de l’Idele. Cela équivaut à un recul de 7% par rapport à 2022, soit 45 000 têtes en moins.

De plus, l’Institut de l’élevage précise que 418 000 broutards (mâles et femelles) de plus de 160 kg ont atteint l’Italie durant le 1er semestre 2023. Cela correspond à une baisse de 5 % par rapport à 2022. Il s’agit d’un « recul cohérent avec la baisse des naissances allaitantes et la bonne tenue des mises en place à l’engraissement en France », explique l’Idele.

Baisse d’export vers l’Italie de 18 % en août

Pour le mois de juin, l’export de broutard mâles et femelles vers l’Italie aurait baissé de 12 % par rapport à l’an dernier d’après les Douanes françaises.

Tandis que sur la période plus récente, du 30 juillet au 9 septembre, 88 000 bovins de tous âges, sexes et types ont été exportés vers l’Italie. Selon les données TRACES-DGAL, cela représente un recul de 18 % par rapport aux années 2022 et 2021.

« Les exports vers l’Italie ont été particulièrement ralentis au mois d’août », explique l’Idele. En effet, en raison de la canicule, la consommation de viande italienne a diminué et les abattoirs du pays ont ralenti leur cadence.

Juin : l’Espagne a augmenté les achats de broutards

Les volumes envoyés en Italie restent plus importants que ceux envoyés en Espagne. On observe toutefois que le royaume a accru ses achats de broutards : en juin, 11 000 têtes ont été expédiées, soit une hausse de 30 % par rapport à 2022. 

L’Idele précise que les engraisseurs espagnols ont privilégié les broutards mâles lourds de plus de 300 kg, au nombre de 5 500 têtes, ce qui est deux fois plus qu’en 2022. Dans un contexte de mauvaise récolte, ce choix a permis aux Espagnols de réduire les durées d’engraissement.

Réouverture du marché algérien 

En effet, d’après le ministère de l’Agriculture espagnol, la sécheresse extrême aurait fait chuter les récoltes de fourrages et de céréales entre 39 % et 54 % par rapport à 2022.

De plus, comme pour l’Italie, l’Espagne a connu un recul des envois totaux de bovins à cause de la canicule. Seuls 46 000 bovins français sont partis vers l’Espagne au mois d’août, soit une baisse de 8 % par rapport à l’an dernier.

Les pays tiers, quant à eux, ont très peu importé de viande française. Par exemple, le Maroc a importé seulement 340 broutards français au mois de juin.

Toutefois, la réouverture du marché algérien au 1er septembre 2023 renforce la demande d'import de broutards. En effet, le pays délivre à nouveau des dérogations aux importateurs algériens pour les génisses et bovins d’engraissement français. « Des bateaux sont en cours de préparation », précise l'Idele.

Viande

Chutier

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15