Les vins blancs de l’Entre-deux-Mers veulent changer de style

Le syndicat des vins de l’Entre-deux-Mers ne ménage pas sa peine pour faire évoluer son offre. Après la naissance d’une appellation en rouge en 2023, il est désormais question de renouveler le goût et l’image du blanc.

Bartender pouring white wine from bottle into glass indoors, clo

L'assemblage et l'élevage sur lies pourraient devenir la norme de l'appellation bordelaise Entre-deux-Mers blanc.

© New Africa - stock.adobe.com

Dans le Bordelais, entre la Dordogne et la Garonne, le vignoble de l’Entre-deux-Mers est en ébullition. Reconnue pour ses vins blancs frais et fruités, l’appellation veut changer de cap.

Dans la nouvelle mouture du cahier des charges en cours d’instruction par l’INAO, l’assemblage deviendrait une obligation. De fait, la mention du cépage sauvignon sur l’étiquette ne sera plus possible. La part autorisée dans l’assemblage passerait sous la barre des 80 %. Le vin de monocépage est laissé à l’appellation Bordeaux, en toute connaissance de cause. Le syndicat des vins de l’Entre-deux-Mers entend bien se distinguer de l’appellation générique départementale.

« Ce n’est pas l’âme de l’Entre-deux-Mers de faire des vins blancs thiolés, en vendanges précoces suivies d’une fermentation à froid, estime Jean-Luc Buffeteau, vigneron membre du syndicat de l’appellation. On veut gagner en complexité. » Pour cela, l’élevage sur lies serait rendu obligatoire jusqu’au 15 novembre de l’année de la récolte.

Cette orientation modifierait radicalement le profil des vins blancs de ce vignoble bordelais. « On attend du gras et du corps en bouche, de la complexité plus que de l’intensité aromatique au nez », résume Jean-Luc Buffeteau.

Comme pour les vins rouges, tous les lots de vins blancs de l’Entre-deux-Mers seront désormais soumis à un double contrôle réalisé par QualiBordeaux. Le premier systématique avant la mise en bouteille, le second aléatoire.

Une montée en gamme progressive attendue

En parallèle de la modification du cahier des charges espérée pour 2025 au plus tôt, le plan de restructuration du vignoble entamé en 2008 se poursuit. D’ici 2036, la densité minimale pour l’appellation sera de 4.500 pieds/ha.

« L’association Entre-deux-Mers, entre deux huîtres a fait son temps, estime Jean-Luc Buffeteau. Nous devons nous distinguer autrement. Tous les producteurs ne prendront pas, de suite, le virage qualitatif engagé. Mais si la valorisation est au rendez-vous, les possibles sorties de l’appellation ne seront que temporaires. »

Vendu en moyenne à 6 euros/col, les membres du syndicat souhaiteraient mener progressivement l’appellation vers un prix moyen de 9 euros.

En 2023, 272 producteurs ont revendiqué de l'AOC Entre-deux-Mers blanc. sur 1.518 ha  pour 80.000 hl.

>>> Sur le même sujet : Entre-deux-Mers : un nouveau vin rouge à Bordeaux