Si les couverts végétaux étaient plus fertilisants qu’on ne le pense

Article réservé aux abonnés

TRÈFLES - COUVERT VÉGÉTAL - FERTILISATION

Dès qu’un couvert végétal avec un C/N faible est détruit, la minéralisation des éléments fertilisants qu’il contient débute. C’est le cas pour les trèfles.

Crédit photo C. Lamy/Pixel6TM
Il est difficile d’évaluer la rentabilité d’un couvert végétal... Ses effets bénéfiques sur la biologie du sol, sa structure et sa teneur en matières organiques sont souvent longs à être observés et difficilement quantifiables. Compliqué donc pour un agriculteur de mesurer l’intérêt économique d’investir dans des couverts végétaux. Mais si le début du retour sur investissement intervient dès la culture suivante, par une économie d’engrais azotés, l’approche change radicalement.
Souvent, et surtout en ce moment, lorsqu’il est question de retour sur investissement des couverts végétaux, c’est le stockage de carbone et l’augmentation du taux de matière organique qui sont mis en avant.

Or, le retour sur investissement des couverts végétaux peut débuter bien avant d’observer la moindre augmentation de carbone dans le sol. Leur effet bénéfique peut être observé dès la culture suivante...…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Couverts végétaux

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15