Après fertilisation localisée du couvert, déplafonnement du rendement de l’orge de printemps

Article réservé aux abonnés

ORGE - COUVERT VÉGÉTAL - FERTILISATION

L'orge de printemps a profité pleinement de la fertilisation localisée du couvert végétal précédent.

Crédit photo Pixel6TM
Le GIEE Sol Union, en Haute-Marne, a testé la fertilisation localisée des couverts végétaux au moment du semis et son effet sur la culture suivante.
Plusieurs espèces de couverts ont été semées au sein d’un dispositif expérimental dans lequel chaque couvert comptait à la fois une modalité sans engrais localisé au semis des couverts et une autre avec 80 kg/ha de 18/46 et 20 kg/ha d’Epsotop. Soit, par hectare, 15 kg de N, 39 kg de P2O5, 6 kg de SO3 et 3 kg de MgO.

De l’aveu d’Antonio Pereira, de la chambre d’agriculture de Haute-Marne, « l’Epsotop a été ajouté principalement pour son effet hygroscopique... afin de capter le peu d’humidité présent dans le sol en été ».

Un effet indéniable sur le rendement de l'orge de printemps qui suit

Au-delà de la biomasse produite par les couverts végétaux, le GIEE Sol Union s’est intéressé à l’impact de ce couvert sur le rendement de l’orge…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Fertilisation des cultures

Couverts végétaux

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15