Réduire la dépendance à la paille en litière des bovins : des pistes de réflexion

Pour limiter les tensions du marché de la paille et améliorer l’autonomie des fermes, sur les élevages, deux leviers peuvent être actionnés : utiliser des matériaux alternatifs et diminuer la consommation de paille.

Les tensions observées sur le marché de la paille incitent les éleveurs à améliorer leur autonomie. « Utiliser d’autres coproduits végétaux ou substrats pour remplacer la paille fait partie des solutions, assure Patrick Massabie, chef de projets bâtiments d’élevage à l’Idele. Malheureusement, la taille de leurs gisements n’a rien de comparable avec celui de la paille. »

Outre les quantités disponibles, ces matériaux possèdent également des qualités d’absorption, des densités, des caractéristiques et des coûts très hétérogènes. « Par exemple, le miscanthus et les pailles de maïs et de colza ont des pouvoirs absorbants généralement plus faibles que la paille de céréales », décrit Patrick Massabie.

>>> À lire aussi : Comment s’expliquent les tensions sur le marché de la paille ?

En revanche, leur rigidité permet une bonne aération de la litière. On observe donc des taux d’évaporation…

La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés